• Guillaume

Tout savoir pour réussir mes tomates




Observation personnelle de "Guillaume" :

Je constate de plus en plus une course non pas "à l'échalote" mais à la tomate, une frénésie de "Qui plantera le premier ? ", le plus tôt possible ses tomates au jardin avec une armada de bâches, de cagoules ou bien encore de préservatifs à tomates qui envahi les jardins afin d'éviter que ces dames ne prennent froid !

Je pense que ce légume ou fruit, est méconnu des jardiniers. Et pourtant, il faut savoir que la réalité botanique veut que ses conditions de développements idéales sont entre 25 et 30°C. et oui, elle aime la chaleur !!! En dessous de 10°C, leurs croissances s'arrêtent, leurs feuillages changent de couleur devenant bleu-violacé, comme pour un manque de phosphate, des dégâts sur les fruits peuvent même apparaitre de type nécrose, cul noir , qui se poursuivent même avec les bonnes températures. La plante n'a pas besoin d'être en fleur pour subir ce stress et développer ce(s) phénomène(s). Il faut prendre conscience que les sacs ou bâches en polyéthylène ne change en rien à la température de la nuit. Essayez de dormir dehors entouré de ces sacs et vous verrez que la température est la même. Alors ne cédez pas à la tentation et attendez le bon moment pour installer vos belles tomates dans votre potager "après les Saintes Glaces" (11, 12 et 13 mai).


Où planter mes tomates ?

La tomate a besoin de soleil, il faut donc lui trouver un emplacement ensoleillé où elle pourra également profiter de la chaleur.


Quand ?

La meilleur période pour notre région (Centre de la France) se situe autour du 15 mai, juste après les Saintes Glaces, qui reste le repère du jardiner malgré le réchauffement climatique.


Le sol ?

La tomate apprécie les sols riches et profonds, restant légèrement humide l'été serait l'idéal. Mais elle s'adapte dans tous les sols du moment qu'elle ait à boire et à manger. En pot, avec un bon substrat et un bon arrosage, elle arrive à donner une belle production.


L'arrosage ?

Elle n'aime pas les arrosages sur le feuillage, ce qui développe des champignons de type oïdium, anthracnose, mildiou. Elle préfère les apports d'eau à ses pieds de façon régulière et sans excès. La laisser peiner un peu l'aide à s'enraciner beaucoup et les fruits en seront que meilleurs en goût. Bien évidement, sans la dessécher non plus ! Elle aime l'eau.


L'espacement ?

L'idéale est 50 cm entre les pieds et 80 cm entre les allées.





Comment les installer au jardin ?

  • Il faut préparer le sol en le décompactant, style "Grelinette" ou avec une motobêche.

  • Ensuite, à l'aide d'une griffe, on émiette la terre et renivelle le terrain à plat.

  • Je place un cordeau et j'utilise un mètre pour mettre en place les tuteurs (vous pouvez utiliser du bois ou du fer, pensez à les désinfecter entre chaque culture).

  • Au pied de chaque tuteur, je reparti du composte bien mûre, des orties broyés et des coquilles d'œufs pour le calcium ou bien encore du marc de café pour fertiliser le sol.

  • Si vous le souhaitez, c'est le moment de mettre en place un tuyau poreux ou un goutte à goutte pour facilité l'arrosage.

  • Je recouvre tout le sol d'une épaisse couche de paille (15 cm environ) qui évitera le désherbage et limitera l'arrosage par la suite. Je la laisse se tasser quelques jours avant de planter.





La plantation ?

  • Pour planter, il suffit d'écarter la paille au pieds des tuteurs, je réalise un trou un peu plus grand que la motte de mon plant de tomate et je l'installe délicatement car sa jeune tige reste fragile.

  • Je referme avec la terre enlevé précédemment en tassant à la main légèrement autour de la motte et je plombe le plant, geste important du jardinier qui consiste à coller la terre contre la motte (pour éviter le dessèchement des racines) juste avec un arrosoir ou à l'aide d'un tuyau avec un débit d'eau modéré sans noyer le pied, mais surtout pas au jet d'eau comme je le vois souvent car cet objet ne sert qu'à laver vos véhicules ou vos terrasses et ne doit pas être utilisé au jardin.


L'entretien ?

Il ne faut pas trop les arroser, elles ont besoin de peiner un peu pour étendre leurs racines en profondeurs.

Personnellement, après 15 jours de plantation, je les arrose avec un purin de pissenlit bien sur fait maison. Il servira à fortifier l'enracinement et les défenses naturels.

Pensez à bien les attacher au tuteur régulièrement, en utilisant un lien naturel de préférence (j'utilise du rafia).


Tailler ou ne pas tailler les tomates, telle est la question !

Il existe deux écoles, c'est un débat sans fin entre les jardiniers. Il y a les pour et les contres. En ce qui me concerne je taille mes tomates. J'ai essayé les deux méthodes et après observation, mes récoltes étaient plus tardives. Je préfère donc les tailler.

Comment si prendre ? Facile, il suffit de retirer les gourmands.

C'est quoi un gourmand ? C'est une branche secondaire qui se développe sur une branche principale d'une plante. Elle consomme des ressources au dépend de la tige principale.



image trouvé sur : potager.ooreka.fr


On utilise son ongle si elles sont petites ou un sécateur pour les plus grandes mais il est préférable de les faire jeunes pour éviter les stress et les maladies sur la tige principale. Passez une fois par semaine pour effectuer ce geste (au moment de les attacher par exemple).

En ce qui concerne les tomates cerises, je ne tailles pas les 4 premiers gourmands afin d'avoir un maximum de 5 branches (principale et secondaires). Sur ces branches secondaires, j'enlèverais les gourmands. Cela me permet d'avoir plus de fruits a grignoter à l'apéro.


Les maladies, que faire ?

En cas de maladies, j'utilise les fleurs de tanaisie en infusion. Rien de plus simple pour la réaliser : 30g de fleurs que je laisse infuser dans 1 litre d'eau bouillante. Je laisse refroidir et je pulvérise pur. Je retire toutes les feuilles malades afin d'éviter la prolifération. Je les écarte tout de suite de mon potager pour ne pas contaminer d'autres récoltes.



Que du bonheur de récolter "ses" tomates !


La récolte :

J'utilise un sécateur pour récolté mes tomates afin de ne pas abimer l'accroche de celle-ci et de les stresser. D'autres réalisent une petite rotation du fruit pour les décrocher gentiment.


Le nettoyage du terrain en fin de saison :

Lorsque la saison des tomates est terminé (fin octobre à mi novembre pour certaines), je m'approche d'elles avec ma brouette. Je décroche tout les liens de rafia puis les arrache du sol. Je les évacue du jardin pour éviter les maladies. Elles finiront leur dépérissement sur mon deuxième tas de composte (oui, j'en ai deux ! un dit "sein" et l'autre, prêt d'une haie sauvage au fond de mon terrain pour le reste de mes déchets verts). Je laisse la paille sur le sol pour l'hiver. Elle servira de couvre sol pour éviter la terre battue et la chauffera si besoin. Elle se décomposera jusqu'au printemps.


"Régalez-vous !"

Herbes Folles et Légumes Sages © 2019

  • Noir Icône YouTube
  • Black Facebook Icon